Sene Decouverte
   

Accusée d’avoir détourné 20 millions, Marième Samb blanchie par le parquet

Commerçante de son état, Marième Samb (59 ans), a été jugée ce vendredi 28 janvier 2021 par la troisième chambre Correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Dakar. Elle était poursuivie pour escroquerie sur une somme de 20 millions au préjudice de Cheikh Thiam. Seulement, le parquet lors de son réquisitoire, a complètement blanchi la mise en cause.

Devant la barre, elle a soutenu que c’est le frère du demandeur qui l’a mise en rapport avec le plaignant. Elle souligne que ce dernier voulait que je lui vende ma maison estimée à 70 millions, mais elle lui a fait savoir qu’elle avait trouvé un acquéreur qui lui avait déjà remis une somme de 20 millions comme avance. Par la suite, le sieur Cheikh Thiam proposa de me  remettre l’argent pour que je rembourse à ce client ses 20 millions. Ce qui fut fait.

La promesse de vente a eu lieu en 2006 et jusqu’en 2007, il ne parvenait pas à honorer sa promesse. À chaque fois que la dame Marième Sall l’interpelle, Cheikh Thiam avance que l’argent est retardé par Yoro Lam et autres.

La bonne dame avoue qu’elle ne doit rien au sieur Cheikh Thiam et que la seule somme qu’elle lui devait, c’était une somme de 129 000 francs. Elle lui avait demandé d’aller voir sa mère parce que, dit-elle, elle était en voyage à ce moment là. Elle a fait savoir devant le prétoire qu’elle n’a jamais annulé la vente.

L’avocat de la partie civile, dans sa plaidoirie a souligné que son client s’est senti dupé et extorqué et il plaide pour la mise en cause soit condamnée à lui payer une somme de 40 millions de francs cfa, car dit-il, cela fait plus de 20 ans.

Ce que le procureur général n’a pas partagé. Selon le parquet, la prévenue n’a rien fait. Il n’y a pas eu de manœuvre frauduleuse parce que la maison appartient à la dame. Il affirme que cette affaire est purement civile. À la fin de son réquisitoire, le procureur a sollicité la cessation pure et simple de toute poursuite contre Marième Samb sans peine, ni délai.

Pour la défense, l’infraction n’existe pas. Il n’y a pas eu de fausse qualité, et même s’il y aurait manœuvre, elles sont postérieures à la remise de la somme. C’est une affaire purement civile. Sur ce, la défense demandera au juge de relaxer sa cliente et de débouter la partie civile de toutes ses demandes…

commenter

Restez connectés

S’informer pour informer. L’aventure commence ici…

Restez connectés

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et se faire de nouveaux amis.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.