Sene Decouverte
   

Centrafrique: des rebelles ont pris le controle d’une ville

Des rebelles en Centrafrique ont pris le controle dimanche d’une ville situee a 750 km a l’est de Bangui, mais restent a distance de la capitale a la veille des resultats partiels de la presidentielle du 27 decembre.Â

Des groupes armes ont attaque a l’aube la ville de Bangassou et ont pris son controle apres plusieurs heures de combats. « Les rebelles controlent la ville, ils sont partout », a declare a l’AFP Rosevel Pierre Louis, le chef du bureau regional de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) a Bangassou.Â

Cinq « elements armes » sont morts, a twitte la Minusca sans plus de precisions. Une quinzaine de blesses ont ete transportes par Medecins sans frontieres, a de son cote declare l’ONG.Â

Le 19 decembre, une coalition de groupes armes a lance une offensive pour perturber les elections presidentielle et legislatives et a promis de « marcher sur Bangui ».

Mais les rebelles sont pour l’heure toujours tenus a distance de la capitale par les Casques bleus de l’ONU et les forces armees de Centrafrique (FACA), epaules par des renforts de centaines de paramilitaires russes et de soldats d’elite rwandais.

Samedi, des rebelles avaient lance une attaque a Damara, fief du president sortant et favori du scrutin Faustin Archange Touadera, situe a 70 km au nord de Bangui, mais ils avaient ete repousses.

« Les rebelles pensaient pouvoir atteindre Bangui, mais ils ne s’attendaient pas a l’arrivee des Russes et des Rwandais », a estime aupres de l’AFP Roland Marchal, specialiste de la Centrafrique au Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po a Paris.Â

Pour Nathalia Dukhan, experte de la Centrafrique pour l’ONG americaine The Sentry, les groupes armes ont adopte une strategie de « long terme en mettant la main sur les ressources pour etouffer Bangui et pouvoir acheter des equipements et se renforcer militairement ».

 

– « Nous sommes en guerre » –

 

Lors de son allocution du 31 decembre, le president sortant et favori du scrutin, Faustin Archange Touadera, a estime que la Centrafrique etait « en guerre ».

« J’ai le penible devoir de vous dire ce soir que nous sommes en guerre. La Republique est en guerre. Sa survie est menacee. Cette guerre asymetrique, nous allons la gagner », a declare le chef de l’Etat.Â

La prise de Bangassou intervient a la veille de la publication des premiers resultats partiels de l’election presidentielle par l’autorite nationale des elections (ANE).

Sur un territoire occupe aux deux tiers par des groupes armes, les votes des Centrafricains mettent du temps a etre compiles. Des milliers de personnes ont en outre ete empechees de voter ou privees de leur carte d’electeur, jamais arrivee en raison de l’insecurite.Â

Sur un total de 71 sous-prefectures, « 29 n’ont pas vote », avait declare lundi le ministre de l’Administration du territoire. « Et dans six autres sous-prefectures, il n’y a eu qu’un vote partiel », avait ajoute Momokoama Theophile, rapporteur general de l’ANE.Â

Le parti du president Touadera a affirme jeudi qu’il etait en passe d’etre reelu des le premier tour de l’election.Â

La COD-2020, qui regroupe les plus importants partis et mouvements de l’opposition, a de son cote enonce dans un communique publie mercredi une serie de griefs, parmi lesquels « des bourrages massifs des urnes » et « un nombre de votants qui depasse celui des inscrits » dans certains bureaux de vote.

Les resultats definitifs des elections sont attendus le 19 janvier.

Dans un communique dimanche, la Minusca a indique qu’elle tenait les principaux groupes armes, « l’UPC, le MPC, le 3R, le FPRC, les anti-Balakas et l’ancien president Francois Bozize comme responsables de ces attaques et des consequences graves sur la population civile ».Â

Des milliers de personnes ont ete tuees depuis le debut de la guerre civile, en 2013, quand une coalition a dominante musulmane, la Seleka, a renverse Bozize.

Les affrontements entre Seleka et milices chretiennes et animistes anti-balaka ont ensuite fait rage, les deux camps accuses par l’ONU de crimes de guerre et contre l’humanite.

Depuis 2018, la guerre a considerablement baisse d’intensite, les groupes armes se disputant les ressources du pays tout en perpetrant sporadiquement attaques et exactions contre les civils.

commenter

Restez connectés

S’informer pour informer. L’aventure commence ici…

Restez connectés

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et se faire de nouveaux amis.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.