Sene Decouverte
   

Des Sénégalais se procurent la Chloroquine à 15.000 FCfa la boîte à Keur Serigne Bi pour guérir de la Covid-19 (AUDIO)

Cela se passe au coeur de Dakar, au marché Keur Serigne Bi, célèbre pour son commerce de médicaments illicites.

En pleine rue à Sandaga, aux abords de cet endroit devenu presque un mythe, des rabatteurs proposent de la Chloroquine aux passants « pour lutter efficacement contre la covid-19 ». Notre reporter a joué le jeu pour en savoir un peu plus sur le commerce informel de ce médicament qui est loin de faire l’unanimité dans le monde.

12 heures passées de 13 minutes, dans une ambiance folklorique et très rythmée dans ce contexte d’approche de la fête de la Tabaski. Sans masque, les vendeurs et autres rabatteurs apostrophent les passants dans les petites ruelles et boutiques pour leurs proposer des médicaments.

Assis sur son tabouret, la quarantaine bien sonnée,  lunettes de soleil bien vissées au visage et masque de protection à la main, l’homme lance d’un air enchanteur à votre serviteur: «Tu cherches quoi madame ? J’ai tout »
« De la chloroquine…ça coûte combien», répond notre reporter. Sur le coup, l’individu sursaute et part à son assaut: « Oui j’en ai…Vous en voulez combien ? », dit-il avant de proposer ses prix: « La boite coûtait 25 000 au début de la maladie et maintenant que la maladie ne fait plus trop de dégâts (il fait certainement allusion à la levée des mesures de restriction opérée par les autorités qui ont demandé aux Sénégalais de vivre avec le virus, Ndlr) le prix de la boite est revu à la baisse. Je peux te le fournir à 15.000 FCFA. »

Sentant son potentiel client sur le point de se débiner, en prétextant la cherté du produit, l’individu étale ses talents de vendeur pharmaciens et se permet de vanter les mérites de la chloroquine. “Comme vous avez 5000 Fcfa avec vous, je peux vous vendre en détails. Autrement dit, une plaquette. Mais pas la boite de 40 comprimés. Parce que la Chloroquine dont je dispose permet au sang de bien circuler. Et ce coronavirus là n’est rien qu’un simple paludisme. Le seul problème est qu’avec ce virus, c’est qu’il coagule le sang. Une fois que le médicament pris, vous êtes guéris”, assure t-il.

Ne se limitant pas à lister les bienfaits du médicament, le vendeur se convertit en toubib allant même jusqu’à prescrire la posologie.  “Pour l’utilisation, il faut prendre cinq (5) comprimés voir quatre (4) le matin,  cinq (5) le soir et boire beaucoup d’eau…ça suffit.  Tous les gens que j’ai vus et qui ont été infectés ont procédé au même traitement

Tout porte à croire, selon les dires de ce vendeur de médicaments dans le marché noir, que les Sénégalais se procurent de manière illicite de la Chloroquine pour soi-disant, se guérir du Coronavirus. Un procédé très dangereux déploré par tous les spécialistes en santé du pays.

Ecoutez cet échange entre le vendeur de Keur Serigne Bi et notre reporter. Les conditions d’enregistrement n’étaient pas optimales pour avoir un meilleur son.

SD TV ( SÉNÉGAL DÉCOUVERTE TV )

commenter

Restez connectés

S’informer pour informer. L’aventure commence ici…

Restez connectés

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et se faire de nouveaux amis.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.