Sene Decouverte
   

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ce texte…ai-je le pouvoir d’aller faire face au ministre de la jeunesse?

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ce texte. Parce que je ne réagis habituellement pas aux critiques, chacun ayant le droit d’exprimer son point de vue, tant que c’est fait dans le respect.

Mais aujourd’hui, j’ai mal à mon âme. Quand on prétend que ce que les jeunes de l’APR disent c’est de dire je t’aime à celui qui va garder un silence total face à cette situation que vivent les jeunes, on tourne en ridicule un message qui se voulait porteur d’espoir pour ceux qui souffrent. Pourtant, on ne peut réorienter et aimer à la fois.

Le message de l’Amour de sa patrie suscite très souvent des réactions agressives, à mon très grand étonnement. J’ai de la difficulté à concevoir que l’Amour de sa patrie suscite l’agressivité, voyez-vous. Cela me déchire le cœur.

Dans ce qui se passe en ce moment, ai-je le pouvoir d’aller faire face au ministre de la jeunesse? Non. Ai-je le pouvoir d’ordonner à mon gouvernement une intervention ? Non. Est-ce que je peux changer quelque chose à ce qui vient de se passer dans la mer? Non. Est-ce que je p eux, moi, toute petite , changer le cours de l’histoire avec ma foi ? Non.

Mais l’Amour de sa patrie peut. L’Amour peut faire une différence. Vous, moi, ceux qui sont en entraient pleurer les sénégalais qui sont rester dans l’océan, quelles armes avez-vous dans vos mains en ce moment ?

Oui on a le droit d’être en colère. Je le suis. J’ai un chagrin immense qui me déchire la poitrine. Mais que puis-je changer maintenant ? La seule chose que je puisse faire, moi, à mon échelle, c’est c’est d’écrire, d’éveiller. Plus. Mieux. De ne pas être en conflit avec mon conjoint, mes enfants, mes amies, mes clients, mes collègues, mes voisins. D’apprendre à accepter leurs différences, idéologique, d’opinion, de mode de vie. Mais je sais profondément dans mon cœur que je suis plus utile sur terre quand je prône de l’engagement, que je le sème, que je le représente, que je le vis que si je parlais de désespoir.

Je ne nie pas la souffrance de ceux qui ont perdu un être cher. Je pleure avec eux. Et je leur envoie plein d’amour car que puis-je faire de mieux ?

Je n’endosse pas non plus la violence des réactions que suscite en ces débats sur l’immigration et sur d’autres. Je n’endosse pas ces réactions émotives, je les comprends, mais que puis-je faire de mieux que d’envoyer ces mots à ceux qui souffrent tellement de la partisane qu’ils ne veulent pas entendre parler de chômage et d’immigrés clandestine?

Que pouvons-nous faire de mieux que d’aimer mieux cette nation??

Nous avons tous droit à nos opinions. Vous. Moi.

Moi je persiste et signe : je choisis de défendre la jeunesse.

Néné Diallo

2 commentaires

Restez connectés

S’informer pour informer. L’aventure commence ici…

Restez connectés

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et se faire de nouveaux amis.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.