Sene Decouverte
   

Une amitié fusionnelle jusque dans la tombe

N’eût été l’accident tragique qui s’est produit mercredi dernier aux alentours de la ville de Linguère, les deux enseignantes, Ngoné Guèye et Aissata Ndiaye, auraient pris part à la cérémonie de remise des ordres de service (OS) tenue dans l’amphithéâtre du Centre régional de formation du personnel de l’éducation (CRFPE) de Matam. L’émotion se lisait sur les visages de ces jeunes enseignants fortement marqués par la perte brutale de deux des leurs.

 

La triste nouvelle était tombée, dans la matinée du mercredi, comme un couperet : Ngoné Guèye et Aissata Ndiaye, collègues et amies inséparables, avaient quitté ensemble Louga à destination du département de Matam où elles ont été ventilées par le ministère de l’Education nationale. Malheureusement, elles ont péri dans l’accident qui a fait 5 victimes sur l’axe Linguère – Ourossogui.

L’inspecteur de l’éducation et de la formation, Mor Guèye, pris au dépourvu, devra composer avec les présents. ‘’Nous avons appris la nouvelle avec beaucoup de tristesse, parce que c’était deux enseignantes nouvelles sortantes, qui venaient d’être affectées à l’IEF de Matam. Nous avions déjà, depuis deux à trois jours, établi les OS. Elles devaient venir prendre leur ordre de service. C’est donc avec beaucoup de tristesse que l’IEF de Matam a accueilli la nouvelle. Toute l’académie et la communauté éducative sont consternées, fait savoir le garant de l’éducation dans le département de Matam.

Ngoné Guèye, qui allait vers ses 19 ans au mois de février, devait servir au village de Madina Kadie Pawé, dans la commune de Thilogne. Tandis que sa collègue était affectée au village de Law. Ces deux jeunes demoiselles s’étaient connues au cours de leur formation au CRFPE de Louga. C’est de là-bas qu’est née une véritable relation d’amitié entre les deux filles. Elles partageaient la même chambre et ne s’étaient jamais quittées. La relation fusionnelle qu’elles entretenaient était connue de tous les autres élèves-maitres.

‘’On avait prévu de faire le voyage ensemble’’

Papa Amadou Thiam est un de leurs camarades de promotion. Il était fasciné par la complicité des deux défuntes. ‘’J’ai connu les deux personnes, car nous avons vécu ensemble à Ndam Spia qui se trouve juste à côté du CRFPE de Louga. Nous avons partagé beaucoup de moments. Et c’est donc très pénible qu’un jour, qu’on apprenne qu’elles sont toutes deux décédées. Je suis choqué’’, déclare celui qui va servir à Taret.

Il ajoute : ‘’Aissatou Ndiaye, je l’ai vue lors de notre examen de sortie. Quant à Ngoné, on s’était revus quand on nous remettait nos attestations. J’étais très proche de Ngoné. D’ailleurs, on avait prévu de faire le voyage ensemble. Le jour où on devait quitter, elle m’appelle pour me dire qu’elle attendra finalement le lendemain. Donc, le lendemain, elle a fait le voyage avec son amie, et malheureusement, elles ont perdu la vie dans l’accident. Ngoné et Aissatou étaient devenues des amies inséparables, comme si elles se connaissaient depuis des années. C’est vraiment Dieu qui a uni leur destin et cette mort est la preuve de leur amitié véritable et éternelle’’, conclut-il.

Pour sa part, l’inspecteur de l’éducation et de la formation de Matam a prévu de faire le déplacement auprès des familles éplorées, pour présenter les condoléances de la famille éducative de Matam.

Cette disparition des deux agents va accentuer davantage le déficit d’enseignants qui frappe le département de Matam. Pour l’année en cours 2020-2021, le besoin en personnel enseignant est estimé à 128 agents. Mais, au bout du compte, c’est seulement 94 enseignants qui ont été mis à la disposition du département dont deux subitement arrachées à la vie.

Djibril Ba

commenter

Restez connectés

S’informer pour informer. L’aventure commence ici…

Restez connectés

Ne soyez pas timide, contactez-nous. Nous aimons rencontrer des gens intéressants et se faire de nouveaux amis.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.